Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Dernier appel pour les vivants
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Peter Farris

PETER FARRIS

Peter Farris est né en 1979. Il fait ses études à Yale, mais la musique prend de plus en plus de place dans sa vie, pour le meilleur ou pour le pire : plutôt que de poursuivre ses études ou de tenter de faire carrière, il devient chanteur dans un groupe de rock bruyant du Connecticut appelé CABLE.

Lire la suite

Du même auteur

Les Mangeurs d'argileLe Diable en personne
Les Mangeurs d'argileDernier appel pour les vivantsLe Diable en personne

Dernier appel pour les vivants

Peter Farris

Traduit de l’anglais par Anatole Pons-Reumaux

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-095-4

Parution le October 1, 2015

336 pages - 18,40 Euros

Trouver ce livre en librairie

Résumé

Pour Charlie, ce ne devait être rien d’autre qu’une banale journée de travail à la banque. Pour Hicklin, ce ne devait être qu’un casse de plus. Histoire de se refaire un peu à sa sortie de prison. Pour sa petite amie accro au crack, peu importe, puisque de toute façon rien ne se passe jamais comme prévu. Surtout si, dès le départ, on tente de doubler ses partenaires de la Fraternité aryenne. Et puis pourquoi prendre le jeune guichetier en otage ? Maintenant, combien de temps faudra-t-il aux flics et aux membres du gang pour les retrouver ?

Presse

Du sang, de la poudre, de la sueur, de l'adrénaline et de la testostérone, ce sont les principaux ingrédients de ce roman nerveux, mordant. Plein de rebondissements, de surprises et de personnages qui font froid dans le dos.

Les débuts prometteurs d’un nouveau talent.

Même un auteur bien rodé n’aurait pas fait mieux que ce premier roman.

Explosif et fascinant !

Les libraires en parlent

Peter Farris nous livre un roman choral magnifique, vif, littéraire et incroyablement drôle !

Peter Farris nous livre ici un récit magistral, une histoire de braquage qui trace à toute vitesse. Un roman âpre et trash qu’on se prend en pleine poire, des personnages épouvantablement crédibles, des scènes d’une rare violence, le tout servi avec une écriture magistrale qui frappe très, très fort.