Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Soleil Rouge
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Matthew McBride

MATTHEW McBRIDE

Matthew McBride a longtemps vécu dans une ferme dans le Missouri, en compagnie d'un taureau baptisé Hemingway. Il s’est mis à écrire au cours des treize années qu’il a passées à travailler à la chaîne pour Chrysler. Aujourd'hui, en parallèle de son activité d'écrivain, il cultive de la marijuana thérapeutique en Californie.…

Lire la suite

Du même auteur

Frank Sinatra dans un mixeur
Frank Sinatra dans un mixeur

Soleil Rouge

Matthew McBride

Traduit de l‘anglais par Laurent Bury

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-152-4

Parution le January 3, 2017

224 pages - 21,00 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
Olen remplit une tasse de café fort et regarda les longs pissenlits se plier et se balancer dans les champs, sous la fenêtre. Le ciel était jaune à l’est, accueillant la promesse du jour. Des particules de poussière et des poils de chien flottaient dans l’air chaud lorsqu’il s’avança sous le porche. Ses colibris se battaient, mangeaient et chantaient. Il les regarda avoir une conversation sans mots. Rien que des gazouillis, des couinements et des claquements de bec pour raconter des histoires qu’il ne connaîtrait jamais.

Résumé

Dans le comté de Gasconade, la méthamphétamine dicte sa loi. Les paumés, les ouvriers, les banquiers y sont accros. On la fabrique dans les garages, les remises ou les chambres d’enfants. Même les flics se laissent parfois tenter. Et lorsque le shérif adjoint Dale Banks découvre 52 000 dollars cachés dans le mobile-home d’un trafiquant de drogue, il ne résiste pas et s’empare de l’argent. Banks a beau avoir agi pour de bonnes raisons, il devra tout faire pour se sortir de ce mauvais pas, car le dealer et ses associés, parmi lesquels un révérend illuminé et violent, ne sont pas du genre à partager. 

 

Avec ce roman sans concession, Matthew McBride nous emmène à travers les plaines du Missouri où même les vastes paysages ne parviennent pas à apaiser les âmes.

Presse

Un livre noir aux dialogues percutants.

Matthew McBride alterne des situations violentes et des scènes de compassion, d'intimité avec ses personnages, qui donnent corps au récit, servi par quelques dialogues bien sentis.

Du Steinbeck survitaminé. McBride adopte un style rapide, rugueux, imagé. Les dialogues claquent comme des talons de santiags. Les péquenauds de Steinbeck ont goûté aux substances illicites. Cela leur est monté au cerveau.

Matthew McBride [...] signe avec ce roman noir digne de Breaking Bad une furieuse plongée dans l'univers hyper violent d'une bande de débiles white trash plus pathétiques les uns que les autres. Du Jim Thompson sous amphètes.

Jusqu'au bout, McBride tient le lecteur en respect. Le suspense reste garanti sans édulcorant.

Tout y est pour un récit radical, sauvage, violent et jubilatoire.

Dans ce roman, gonflé à la meth, Matthew McBride nous parle d'un coin perdu où tout un chacun fabrique et/ou se défonce dans une farandole endiablée et violente, souvent mortelle. L'auteur fait une description glaçante. On le suit, passionné, dans les éclats d'un Soleil rouge.

Un robuste roman noir américain et rural avec des personnages bien campés.

Une écriture efficace, des personnages démesurés, une histoire qui galope entre violence et compassion sans sombrer dans la caricature, on comprend que l'écrivain américain Donald Ray Pollock ait salué ce morceau de bravoure. Du noir, du vrai.

Comme un climat aride, Soleil rouge arrache la gorge avec plaisir de lecture et grands espaces pour vous évader.

Après une montée du suspense fort bien négociée, Soleil rouge se clôt dans un final cataclysmique, sur un fond de satanisme en version américaine de pacotille. Heureusement que la corruption est là pour faire tourner tout ce petit monde.

Matthew McBride possède un vrai sens de la narration alimenté par une imagination fertile et cruelle avec laquelle il malmène tous ses personnages n'hésitant pas à en tuer une pelletée, mais toujours avec délectation : la justice monnaye toujours son prix. Amusant !

Matthew McBride donne de quoi lire aux fans de Breaking Bad !

Les libraires en parlent

Une galerie de personnages hauts en couleur et une écriture efficace qui raviront évidemment les fans de la série Breaking Bad, mais pas que...

Bordel, pilez-moi ce bouquin dans votre rayon polar ! Foutez-moi ça dans votre bibliothèque, faites-le tourner ! J'ai l'impression d'être en pleine montée, celle où tu bégayes de tellement kiffer un truc que t'es pas capable de retranscrire vraiment ce que tu viens de vivre sans perdre ton interlocuteur en route.

Après un coup d'essai qui ne manquait pas de mordant, c'est avec grand plaisir que l'on retrouve Matthew McBride plus apaisé et sûr de sa plume. Certes, l'écrivain reste dans le roman noir, mais il fait appel à son Missouri natal pour faire sortir un bout d'Amérique authentique et ses rednecks, qu'ils fassent partie des braves gens, des loubards paumés ou de l'engeance du diable. Soleil Rouge est une belle réussite !

Un texte charmant. Des junkies complètement tarés, des flics idéalistes et des illuminés sectaires défoncés H24 : McBride dresse le portrait de personnages aussi fous que charismatiques ! Entre humour grinçant et fusillades, un soleil rouge se lève sur la Gasconade, petite région typique des USA qualifiée de "capitale de la méthamphétamine" dans les années 90. Charmant vous dis-je !

Tous pourris, tous corrompus ! Un roman policier classique mais une écriture directe et efficace. Excellent deuxième roman !

Amérique profonde, des dealers de meth, des flics paumés qui font des mauvais choix, des truands aussi dangereux que cul-terreux, pas doute, on se trouve dans un Néo noir grand cru. Aussi divertissant que violent, McBride nous invite dans l'Amérique des white trash, celle que l'État refuse de voir et d'écouter.

Fans de Breaking Bad, ce roman est pour vous ! Matthew McBride revient avec un nouveau roman noir et violent servi par un style nerveux et cinématographique. Un vrai bonheur de lecture. Coup de chapeau à la galerie de personnages, plus timbrés les uns que les autres, avec une préférence pour le révérend.