Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Impurs
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
David Vann

DAVID VANN

David Vann naît en 1966 sur l'île Adak, en Alaska, où il passe une partie de son enfance avant de s'installer en Californie avec sa mère et sa sœur. Quand il a treize ans, son père se suicide : ce drame marque très fortement le jeune garçon et le poursuivra toute sa vie.…

Lire la suite

Du même auteur

KomodoSukkwan IslandUn poisson sur la luneL'Obscure Clarté de l'airAquariumGoat MountainImpursDésolationsSukkwan Island
Un poisson sur la luneLe Bleu au-delàL'Obscure Clarté de l'airAquariumGoat MountainSukkwan IslandDernier jour sur terreDésolations

Impurs

David Vann

Traduit de l’anglais par Laura Derajinski

Roman - Totem n°68

ISBN 978-2-35178-613-0

Parution le October 3, 2016

256 pages - 10,50 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
S’il partait à gauche, il devrait passer devant sa tante et Jennifer pour sortir par la porte d’entrée. S’il allait à droite, il devrait passer devant sa mère et sa grand-mère, assises à la table de la cuisine. Il ne voulait prendre aucune de ces directions. Il voulait une troisième porte, mais c’était justement ce que la vie n’offrait jamais, et c’était peut-être aussi bien. C’est ainsi que l’on était poussé à l’affrontement, que l’on était obligé d’apprendre ses leçons.

Résumé

Été 1985. En plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen, vingt et un ans, vit seul avec sa mère. Étouffé par son amour exclusif, le jeune homme se réfugie dans la méditation. Leur existence est rythmée par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l’accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l’obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l’explosion.

Presse

Du solipsisme de son protagoniste à la claustration physique, David Vann enferme le lecteur dans un récit oppressant où la mort, seule, est libératoire. Dans la lignée d'un Tennessee Williams, il s'impose comme le grand écrivain de la frustration.

Le troisième roman de David Vann saute à la gorge. […] Il règne ici une noirceur constante. C'est le noir du désespoir, de la fatalité. David Vann écrit avec des gants de boxe. On sort de là K.-O.

Un immense tragédien contemporain.

Au-delà de l'anecdote, c'est la part d'ombre de la culture américaine qu'il interroge, une autre histoire de violence originelle et d'enfermement paranoïaque.

Un huis clos saisissant signé David Vann. […] L'auteur excelle à disséquer les névroses et à distiller, de manière très cinématographique, suspense et peur.

À la fin de chacun de ses livres, on se dit que l'on est au bout. Mais il parvient toujours à fouiller plus profond, à extraire un peu de bile acide du ventre des hommes. À la fin de chacun de ses livres, on voudrait craquer une allumette et le brûler, pour effacer le moment honteusement jouissif que l'on vient de vivre. Il y a quelque chose d'irrésistible dans la saleté humaine. Et d'inavouable. David Vann l'accouche, avec grâce.

[Une] description impitoyable de la violence érotique inconsciente au sein d'une famille. 

C'est gagné ! Avec seulement trois romans, David Vann a réussi à imposer sa voix aux tout premiers rangs de la nouvelle garde américaine. […] Orchestré comme un psychodrame de plus en plus tendu, Impurs met en scène des personnages livrés aux mêmes désordres affectifs, aux mêmes rancœurs et, dissimulée sous les apparences, à la même folie. Une folie qui poussera vers le pire ce conte cruel où l'auteur de Sukkwan Island prouve qu'il est bien le confident du diable.

Le grand sujet de David Vann, c'est la haine de l'Amérique.

[…] avant d'arriver au dénouement, David Vann aura construit avec cette tranquillité suffocante l'effrayant et imprévisible enchaînement des circonstances. Comme le pense Galen : il pouvait se produire n'importe quoi, à n'importe quel moment. Dans les romans de David Vann aussi.

Ça commence comme du Tchekhov (roman familial dilettante), ça continue comme du Bernhard (roman familial violent, gangrené par la haine) et ça finit comme un film d'horreur et dans un panthéisme New Age délirant, sinon fou. Ce roman hybride, nous raconte David Vann qui met les tripes sur la table, est très proche de sa propre vie.

Très efficace, ce roman est toxique et intense.

À la suave cruauté des premiers chapitres se substitue bientôt un déchaînement de violence cataclysmique où l'intime rejoint le monde. Une psyché qui s'effondre, un soleil de chœur grec pour brûler ce qui restait d'espoirs. Bienvenue en enfer !

Il est des écrivains dont on sait que les livres laisseront des traces. L'Américain David Vann en fait partie. […] Une plongée dans la folie. Une descente aux enfers oppressante. Et absolument magistrale.

Devant tant de frustration, on sent rapidement poindre le drame, qui surprend pourtant par sa délirante violence, servie par une écriture aussi unique qu'ébouriffante. Si Vann n'est pas un grand auteur, on se demande bien qui peut l'être.

Dans Impurs, on quitte l'Alaska pour un autre type de paysage qui rend les gens fous : la fournaise de la Californie intérieure, en 1985. Il y est question d'un fils branché New Age étouffé par sa mère, où tout tourne mal dès les premières pages...

La tension monte petit à petit comme dans une cocotte-minute, on sent que ça va exploser de façon totalement inattendue totalement inédite dans ce qu'on peut lire en littérature. 

L'Alaskien sait comme personne décrire les carences abyssales des familles. Peu à peu, les rancœurs et obsessions de chacun se révèlent. La tension monte progressivement jusqu'à éclater vers l'irréparable.

Un récit âpre et tourmenté.

La troisième grande claque.

On avait lu les autres romans de David Vann, on éprouve un peu d'appréhension à le suivre jusqu'au moment où la situation bascule. Et pourtant, on y va, car il a l'art de nous conduire en confiance.

C'est puissant, c'est dur et David Vann confirme tout son talent.

David Vann confirme qu’il est passé maître dans le dépeçage des sentiments frelatés. Servis ici dans un style dépouillé, au plus près d’une végétation qui est tout sauf apaisante. Un cauchemar. En pire...

Impurs commence comme un roman de Steinbeck et finit un peu comme celui de Thomas Pynchon. [...] Sexe, pulsions morbides, folie, obsession de l'argent, voilà le portrait de la famille américaine.

Les libraires en parlent

Avec un grand sens du rythme et grâce à des descriptions bluffantes, David Vann nous immerge dans l'atmosphère sensuelle et torride de ce drame familial monstrueux. Époustouflant !