Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Le Dernier des Mohicans
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
James Fenimore Cooper

JAMES FENIMORE COOPER

James Fenimore Cooper (1789 – 1851) est né à Burlington, dans le New-Jersey. Il grandit au manoir d’Otsego Hall à Cooperstown, dans l’état de New-York. Colon et homme politique, le père de Cooper avait fondé cette ville située sur la frontière, que le romancier décrira plus tard dans Les PionniersAprès un début de carrière navale avortée, Cooper épouse l'héritière new-yorkaise Susan de Lancey et mène une vie de gentleman-farmer dilettante.

Lire la suite

Du même auteur

La PrairieLes Pionniers

Le Dernier des Mohicans

James Fenimore Cooper

Traduit de l‘anglais par François Happe

Roman - Totem n°84

ISBN 978-2-35178-624-6

Parution le August 17, 2017

480 pages - 12,00 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
— Sang jeune et sang chaud, c’est pratiquement la même chose, à ce qu’on dit. Il ne s’agit pas de chasser l’écureuil, ni de forcer un cerf jusque dans l’Horican, nous allons voyager pendant des jours et des nuits, nous allons traverser une région sauvage où l’homme met rarement les pieds, et où rien de ce que vous apprenez dans les livres ne vous permettra d’en sortir indemne. Un Indien ne se lance jamais dans une telle expédition sans avoir d’abord fumé devant le feu du conseil, et bien qu’étant de sang blanc, je respecte leurs coutumes dans ce domaine, parce qu’elles sont prudentes et sages…

Résumé

1757. La guerre franco-anglaise fait rage pour la conquête du Nouveau Monde, tandis que les tribus indiennes se livrent une lutte sans merci. Le maréchal français Montcalm remonte le lac Champlain avec ses soldats pour prendre le fort William-Henry, tenu par le colonel Munro. Au même moment, les filles de ce dernier, Cora et Alice, sont en chemin pour le rejoindre. Égarées dans la forêt nord-américaine, elles rencontrent un chasseur blanc, Natty Bumppo, alias Œil-de-Faucon, et deux Indiens, Chingachgook et son fils Uncas, le dernier des Mohicans, qui deviennent leurs guides dans cette Amérique sauvage.

 

Ce livre sans pareil, immense roman d’aventures qui connut dès sa parution un succès international, annonce la disparition des Amérindiens et la naissance des États-Unis.

 

Gallmeister a confié à François Happe la traduction intégrale du cycle Bas-de-Cuir : Le Dernier des Mohicans, Les Pionniers, La Prairie

Presse

Un chef-d'œuvre. Monumental.

On se souvient avoir lu enfant un roman exotique et palpitant. On relit aujourd'hui un récit épique, abondamment documenté, un épais volume riche en descriptions pittoresques [...].

Il est temps de rendre à James Fenimore Cooper, ce père fondateur, l’importance qui lui revient.

Cooper nous a fait pénétrer dans la réalité comme dans la poésie de la vie sauvage, dans ses vertus homériques, dans son héroïsme effrayant, dans sa sublime barbarie ; et, par la voix tranquille mais retentissante du romancier, l'Amérique a laissé échapper ce cri de la conscience : "Pour être ce que nous sommes, il nous a fallu tuer une grande race et ravager une grande nature". [...] Ce que chante et pleure Cooper, c'est une noble race exterminée, c'est une nature sublime dévastée, c'est l'homme.