Éditions Gallmeister, des livres à vivre
L'Été de Katya
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
 Trevanian

TREVANIAN

Écrivain inclassable, échappant à toute catégorisation, Trevanian est autant une légende qu’un mystère. Un auteur sur lequel les rumeurs les plus incroyables ont circulé et qui a attisé la plus folle curiosité du monde littéraire. Un écrivain sans visage dont les livres se sont vendus à plus de cinq millions d’exemplaires et ont été traduits en près de quinze langues sans qu’il ait jamais fait de promotion.…

Lire la suite

Du même auteur

ShibumiThe MainIncident à Twenty-MileL'ExpertShibumiLa Sanction
Incident à Twenty-MileThe MainL'ExpertLa SanctionShibumi

L'Été de Katya

Trevanian

Traduit de l’anglais par Emmanuèle de Lesseps

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-167-8

Parution le November 2, 2017

272 pages - 20,50 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
Ce fut de loin que je vis Katya pour la première fois, en cet été 1914. J’étais assis avec mon carnet sur les genoux, comme en ce moment, sous ce même arbre centenaire, dans le parc au bord du gave. Je rêvassais sous couvert de méditer quand je levai les yeux et la vis traverser la pelouse dans ma direction. Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je me replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré. Je me dis plus tard que j’avais dû percevoir quelque chose d’inhabituel dans son apparition.

Résumé

L’été 1914, Jean-Marc Montjean, jeune médecin tout juste diplômé, revient s’installer à Salies, petit village du Pays basque dont il est originaire. Rapidement, il est appelé à soigner Paul Treville dont la jolie sœur jumelle, Katya, l’intrigue de plus en plus. Bien accueilli chez les Treville, le jeune homme devient un ami de la famille, qu’il fréquente assidûment en dépit d’une certaine ambiguïté dans leurs relations. Et même s’il devine derrière leur hospitalité et leurs bonnes manières un lourd et douloureux secret, il ne peut s’empêcher de tomber éperdument amoureux de Katya, quelles qu’en soient les conséquences.

 

À la fois histoire d'amour et thriller psychologique, L'Été de Katya est un roman à part dans l'œuvre de Trevanian, qui revisite avec virtuosité et nostalgie la Belle Époque et une certaine idée du romantisme.

Presse

C'est une envoûtante histoire d'amour lorgnant du côté de Daphné du Maurier que Trevanian nous offre.

C’est un roman très romantique, très beau, c’est une histoire d’amour qui va évidemment devenir très trouble à la fin. Et c’est un livre très actuel sur le rapport des hommes et des femmes.

Si Trevanian n'abandonne pas son goût du mystère, celui-ci revêt les atours du récit sentimental, d'un romantisme flamboyant. Il y a là quelque chose qui pourrait faire penser à la meilleure, Daphné du Maurier. C'est l'histoire de cet homme dépossédé avant d'avoir commencé à vivre qui est noire, pas le roman.

C’est l’été 14, et donc tout le roman est baigné par cette inquiétude, de fausse décontraction, de climat menacé, d’une espèce de bonheur crépusculaire, menacé par une apocalypse future. C’est l’arrière-plan du roman mais Trevanian le fait sentir d’une manière extrêmement habile. Et il a un talent de portraitiste psychologique absolument formidable.

Comme quoi le succès populaire peut ne pas mépriser la beauté de l'écriture et permettre de hausser le roman rose à la hauteur du soupçon le plus noir et de l'inquiète littérature...

La plume, somptueusement noire, de Trevanian fouille les fondements de l'âme. L'atmosphère est à l'orage, faisant imploser tous les personnages. Une métaphore de la guerre qui s'apprête à frapper la jeunesse d'alors. Un roman angoissant, dans une atmopshère so british.

C’est une histoire d’amour dans une ambiance délétère, un thriller psychologique.

Un pastiche, légèrement décadent, à savourer avec un thé, à l’anglaise.

Dans une quasi huis clos psychologique, la folie, l'amour, la mémoire blessée, tout se confond jusqu'au bouquet final éblouissant.

Ici, ni super-héros, ni ressorts spectaculaires. Juste la belle et douloureuse musique d'amours à jamais contariées. Superbe.

Une histoire délicieuse et bouleversante. De celles qu'on n'oublie pas.

Un tour de force... Une histoire qui explore méticuleusement quelques-uns des plus sombres recoins de l’âme humaine.

Des retournements de situations et révélations successives qui conduisent à un final digne d’un film d’Hitchcock. Une construction géniale. 

Le plus élégant, exquis et ingénieux des thrillers.

Les libraires en parlent

Tour à tour romantique à souhait puis glaçant, ce thriller psychologique se lit d'une traite.

Le lecteur est happé et ne peut se détacher des personnages de l'histoire.

Trevanian, en virtuose, surprend une nouvelle fois son lectorat avec cette romance noire, magnifique peinture de la Belle Époque tout en langueur et en mélancolie.
Inoubliable !

Encore une fois, l’écrivain réinvente son style et son écriture pour nous offrir un texte à la fois romantique, gothique mais toujours teinté d’un humour ravageur ! Un roman noir, étonnant et déroutant : une vraie réussite !

Un roman de Trevanian qui ne ressemble à aucun autre. Un véritable pastiche de la littérature française et un véritable coup de cœur. À lire sans plus attendre !

Un roman sur l'amour mais aussi sur la part d'ombre qui peut jaillir à tout moment, puisqu'en amour on ne sait jamais vraiment où l'on met les pieds. [...] Encore une fois Trevanian fait preuve d'une maîtrise incomparable de la tension présente derrière le calme apparent.

Dans ce nouveau roman, Trevanian déroule pour nous un foulard de soie. Une intense et intrigante harmonie se dégage et nous fait sombrer dans le mystère et le trouble de cette histoire. Un scénario qui nous rappelle Zola et son Docteur Pascal et nous emporte jusqu'à sa dernière page !

Par l’écriture et la narration à la première personne, Trevanian parvient à déjouer habilement les codes du thriller et à nous donner à lire une œuvre hybride, aux accents de rêverie romantique, de comédie en costumes, ou encore de fable réaliste. [...] Un roman à lire d’un trait !