Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Idaho
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Emily Ruskovich

EMILY RUSKOVICH

Emily Ruskovich a grandi dans les montagnes Hoodoo, au nord de l’Idaho. Diplômée de l'Iowa Writer's Workshop, elle enseigne actuellement l'écriture à l'Université du Colorado, à Denver.…

Lire la suite

Du même auteur

Idaho

Idaho

Emily Ruskovich

Traduit de l‘anglais par Simon Baril

Roman - Totem n°134

ISBN 978-2-35178-714-4

Parution le June 6, 2019

384 pages - 10,40 Euros

Prix Littéraire international de Dublin 2019

Prix Pacific Northwest Booksellers Association

Prix de la traduction French American Foundation 2019

Trouver ce livre en librairie

Extrait
Elle a pris le passé de Wade et l‘a étalé devant elle, faisant de son propre avenir un retour en arrière, alors même que ce passé disparaît. Ce lent effacement, cette ligne blanche traversant l‘obscurité de la mémoire de Wade, voilà ce qu‘Anne suivra toute sa vie durant. Et, à n‘en pas douter, cela la mènera jusqu‘aux portes de sa propre prison secrète.

Résumé

Idaho, 1995. Par une chaude et insouciante journée d’août, Wade, Jenny et leurs deux petites filles, June et May, âgées de six et neuf ans, se rendent dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Se produit alors un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais. Neuf ans plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l’Idaho. Mais tandis que la mémoire de son mari vacille, Ann devient peu à peu obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu’elle n’a jamais connue, elle s’efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles.

Vidéos

Idaho - Emily Ruskovich - éditions Gallmeister

Presse

Je pense que la terre entière devrait le lire. C'est un exploit littéraire.

Un premier roman virtuose et haletant dont les personnages sont hantés par des chagrins oubliés.

Il y a de la Kasischke dans l'air... Emily Ruskovich, en bonne disciple, écrit un premier roman troublant et ambitieux.

Un premier roman évanescent et magnétique. L'auteure sidère par son art de brouiller les pistes, d'enterrer les réponses, de voiler les visages, pour laisser la vérité affleurer par scintillements.  Exploratrice du langage de l'indicible, Emily Ruskovich signe une partition complexe, où chacun a droit à la parole, par tous les moyens. Au lecteur de se tenir à l'écoute de chaque voix. Il sera récompensé par un envoûtement de chaque instant.

À qui appartiennent nos souvenirs ? Peut-on se faire gardien de la mémoire pour ceux qui sont condamnés à oublier ? Ce sont ces questions vertigineuses que pose Idaho.

La lecture d'Idaho est de celles qui ferrent, fascinent, bouleversent, et laissent tant de questions sans réponses qu'elles impriment un souvenir fort.

L'écriture d'Emily Ruskovich, poétique et tortueuse, accompagne les gestes des femmes, victimes ou monstres.

L'enjeu de Idaho ne me semble être rien moins que de réparer le mal le plus terrible et d'apaiser la douleur la plus vive alors même que la coupable et les victimes sont hors d'atteinte de toute réparation, de toute paix. Un enjeu métaphysique au cœur d'une vision du monde qui paraît pourtant exclure la transcendance.

La construction éclatée et non chronologique de ce récit choral épouse avec subtilité les méandres de la mémoire et permet une confrontation dynamique entre passé et présent. De ce bouquet de sensations évanescentes d'où affleurent les souvenirs, réels ou inventés, naît la résilience qui succède au chagrin et au deuil.

La valeur de ce premier roman réside dans sa couture : les chapitres fouillent les annees 1995, 2007, etc., ou enjambent le temps pour aller voir ce qui se passe du côté de 2025, et tout cela avec délicatesse. Chaque plongée rapporte des mauvaises nouvelles. Plus le texte creuse, plus il trouve des surprises inquiétantes. Telles sont les moissons d'Ann : effrayantes mais subtiles.

Une lumière de peintre baigne ce thriller immobile, a contrario, qui ne cherche ni mobile, ni preuve, ni explication et ne condamne personne. Il piste la trace laissée par l’amour, et le murmure du désastre. La nature enveloppante, accueillante, inquiétante, est à elle seule un personnage de conte macabre mais non morbide car la poésie, la compassion portent ces pages.

Peut-on vraiment comprendre ? Avons-nous, dans notre besoin de consolation impossible à rassasier, d’autre ressource que l’empathie ?

À chaque contour de ce périple sinueux au pays de la névrose se matérialise un indice. Qui s’estompe déjà dans une brume stylistique d’images, de sonorités, d’odeurs même. Des maîtres de la littérature qui ancre cette Amérique des dernières frontières, Emily Ruskovich, native de l’Idaho, a retenu l’immense leçon. Ne se fier qu’aux signes infimes du ciel.

Idaho, premier remarquable roman de la jeune Américaine Emily Ruskovich.

Le style de l'Américaine Emily Ruskovich est foisonnant, à l'image du désordre de la mémoire.

Une forêt d'odeurs. Des ours au poil musqué, des lapins souterrains, des limiers à peau flasque. Le parfum d'une fillette aux cheveux shampouinés. Des relents de bonheur, un fumet de peur.

C'est magnifique, très prenant, on ne peut pas le lâcher.

Avec une maîtrise sidérante, Emily Ruskovich compose un puzzle dont les pièces emboîtées dessinent au final le paysage mental de ses personnages. Au gré d'allers-retours sur une trentaine d'années, elle fait du temps une matière vivante et de la mémoire un précipité instable. À la brutalité des faits s'oppose la subtile douceur de portraits ultra sensibles saisis dans toute leur complexité. Un premier roman époustouflant. 
 

Au cœur de ce livre à l'atmosphère lourde, une scène de violence familiale impensable. La narration, complexe, avance en zigzaguant, comme la mémoire tremblotante et fragmentée de Wade, survivant d'une cellule familiale désintégrée. L'odeur de forêt entêtante, et le parfum des souvenirs exhalent des pages de ce premier - oui, premier! - roman.

Chaque scène, chaque chapitre, apportent un éclairage inattendu sur le précédent. Mêlant psychologie et naturalisme, ce premier roman d'Emily Ruskovich est un envoûtement.
Violent comme un infanticide, et évanescent comme la mémoire d'un homme qui s'évapore.

Superbement écrit et profondément sensible, voilà un roman qui explore l'insondable mystère de la mémoire et dont la lecture laisse en nous une marque indélébile. 

Hypnotisant. Une histoire étrange sur ce que le cœur est capable de comprendre et ce que la main est capable d’exécuter.

Un livre puissant et troublant aux personnages magnétiques et dont les questions restées sans réponse hantent le lecteur bien apres la dernière page.
 

Hypnotisant.

Une intrigue poignante autour d'un violent drame familial qui hante les mémoires pendant de nombreuses années. Une analyse psychologique très fine et un style poétique et maîtrisé.
 

Une histoire de libération, subtile et pleine d’émotion.

Obsédant, stimulant et superbement écrit.

Sensuel et délicieusement écrit.

Un livre magnifique.

Les libraires en parlent

Un premier roman fascinant et hypnotique, où le drame se mêle de poésie, où les vies éparpillées sont servies par une écriture grave et gracieuse. 

Premier roman maîtrisé et intriguant, Idaho explore, à travers l'histoire tragique de Wade et de sa famille, les mystères de la mémoire.

Une tragédie bouleversante et inoubliable avec de beaux portraits de femme plongées dans la nature. Une écriture ciselée. 

Un Idaho presque onirique, voilà ce que nous peint Emily RuskovichPlus on avance, plus on veut savoir, plus on veut ressentir. Un véritable chef-d’œuvre d'une beauté douce et percutante.

Emily Ruskovich déroule son intrigue pas à pas, dans une mélancolie silencieuse, des personnages dans l’acceptation plus ou moins soumise aux événements.

Magnétique et envoûtant.

Ce roman noir est une pure merveille, sensible, envoûtant et superbement écrit.

C'est l'histoire bouleversante et fascinante d'un drame familial que la voix inoubliable de l'auteur restitue avec maturité et justesse. Sur la mémoire, les souvenirs qui s'estompent, les blessures inguérissables et la patience infinie de l'amour...

Un texte très beau, étonnant et troublant, sur la mémoire, la culpabilité, le pardon. L'auteur explore très finement la complexité des comportements humains, et livre des personnages forts, marquants, que I'on garde longtemps en tête.

Une lecture captivante, au cœur de cette nature à la fois fascinante et hostile tout comme cette famille dont les failles sont nombreuses et inquiétantes.

Irrigué par un mystère à demi dévoilé, Idaho est un roman étrange, à la fois obsessionnel et délicat. Un livre d'une opacité transparente, le liquide des rivières amnésiques, la neige qui recouvre de son silence la majesté des histoires masquées. Un roman sur la mémoire et l'oubli, la rédemption et l'amour... parfois douloureux mais tellement beau !

Un livre qui vous reste en tête et dont les personnages vous accompagnent encore longtemps après la lecture. Un livre où l’écriture est si belle que les silences entre les personnages en disent parfois plus long que leurs discours. Bref, un véritable coup de cœur comme on en a rarement…

L’auteure porte un regard très détaillé sur la vie intérieure de ces habitants d’un monde clos, sur ces vies qui s’entremêlent, ces autres qui se croisent seulement, en essayant de pénétrer dans les souvenirs et les secrets que les individus portent en eux, les mystères générés par l’oubli.

 

Tension latente et omniprésente dans ce livre sensible. Des personnages cabossés, en proie à leur passé, mis à nus par une écriture délicate et incisive. Une fois entré dans l'histoire on ne la lâche plus, piqué au vif par l'intrigue qui se termine par un point d'interrogation et qui continue après lecture à nous interroger et intriguer.

Un roman sur la mémoire et l'oubli, la culpabilité et le pardon, dans une belle écriture, très sensible et très bien traduite.

Idaho d'Emily Ruskovich se lit comme un thriller psychologique hypnotisant et implacable... Un drame familial sur fond de nature sauvage : du grand Gallmeister !

Idaho prend aux tripes. Il est de ces romans sensoriels et finement menés qui nouent l’estomac, coupent le souffle et nous le redonnent par grandes bouffées d’une incroyable pureté.

Idaho est un roman âpre et bouleversant magnifié par une écriture puissante qui va laisser des traces dans l'âme de ses lecteurs. Redoutable !

Sublime ! Une écriture vive et en même temps sentimentale, j'ai adoré les différents retours en arrière et cette histoire incroyable, énorme coup de cœur !

C'est si intense, je suis nouée depuis, incapable de m'arrêter de lire, incapable d'arriver au bout de ce livre de peur de tomber d'un précipice qui me laisserait sans rien d'autre à me mettre sous la dent, de la même envergure !