Un roman un peu foutraque, déjanté, avec des personnages constamment borderline. [...] Tout cela est drôle, douloureusement
pathétique. Pas très glorieux mais terriblement humain. L'Usine à lapins est une histoire de perdants magnifiques.