Éditions Gallmeister, des livres à vivre
L'Insigne rouge du courage
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Stephen Crane

STEPHEN CRANE

La vie de Stephen Crane (1871-1900) est brève et aventureuse. Il naît en 1871 à Newark, dans le New Jersey. Dernier enfants d’une famille méthodiste qui en compte quatorze, il est un petit garçon fragile, toujours malade - ce qui ne l’empêche pas d’apprendre à lire seul à l’âge de quatre ans.

Lire la suite

Dans la même veine

Fin de missionLes Choses qu'ils emportaient

L'Insigne rouge du courage

Stephen Crane

Traduit de l‘anglais par Pierre Bondil et Johanne Le Ray

Roman - Totem n°147

ISBN 978-2-35178-706-9

Parution le November 7, 2019

224 pages - 8,50 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
Leur ligne, rompue par le relief en segments mobiles, continuait de progresser calmement à travers bois et champs. Il observa les hommes qui se trouvaient le plus près de lui et vit, dans la majorité des cas, des expressions d’attention extrême, comme s’ils enquêtaient sur quelque chose qui les fascinait. Il y en avait un ou deux qui marchaient avec un air de vaillance excessive comme s’ils étaient déjà plongés dans la guerre. D’autres progressaient, on l’eût dit, sur une mince couche de glace. La majorité de ceux qui n’avaient pas encore connu le baptême du feu semblait calme et concentrée. Ils allaient voir la guerre, la bête rouge ; la guerre, le dieu gavé de sang. Et ils étaient profondément absorbés par cette approche solennelle.

Résumé

À la veille d’une bataille de la guerre de Sécession, Henry Fleming est un jeune soldat de l’armée nordiste fraîchement enrôlé et assailli par le doute. Pourquoi s’est-il engagé ? Sera-t-il capable, du haut de ses 17 ans, de faire face au danger ? Le lendemain, sous le feu ennemi, il réagit comme un lâche et s’en veut terriblement. Mais dans la confusion générale, Henry est frappé à la tête, recevant cet “insigne rouge du courage” qu’est une blessure de guerre. Son attitude au combat va s’en trouver radicalement modifiée.

Presse

[...] Le chef-d’oeuvre de l’Américain Stephen Crane, L’Insigne rouge du courage, méconnu en France, reparaît aux éditions Gallmeister, retraduit par Pierre Bondil et Johanne Le Ray : une plongée dans les combats de la guerre de Sécession, vue à travers les yeux d’un jeune soldat qui s'interroge sur son courage...

C’est vraiment un livre de guerre, très réaliste et très intéressant sur la guerre de Sécession. La description des batailles n’est absolument pas édulcorée, toutes les pires atrocités sont décrites avec un style vraiment extraordinaire.

La découverte d'un classique de 1895 pour de nouveaux lecteurs.

L'un des meilleurs romans de la littérature américaine.

Le personnage principal fait face à l’inconnu. Il voudrait bien réussir à se prouver par le raisonnement qu’il ne va pas fuir la bataille. Mais dans son régiment encore épargné, il ne peut trouver d’aide. Il est seul avec son problème de courage.

La description est parfois si frappante qu’elle en est presque étouffante. Le lecteur se retrouve pile là où le patriotisme se dissout et où on peut seulement voir une douzaine d’hommes qui tirent de manière aveugle et grotesque à travers la fumée. C’est la guerre selon un point de vue nouveau.