Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Désolations
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
David Vann

DAVID VANN

David Vann naît en 1966 sur l'île Adak, en Alaska, où il passe une partie de son enfance avant de s'installer en Californie avec sa mère et sa sœur. Quand il a treize ans, son père se suicide : ce drame marque très fortement le jeune garçon et le poursuivra toute sa vie.…

Lire la suite

Du même auteur

KomodoSukkwan IslandUn poisson sur la luneL'Obscure Clarté de l'airAquariumGoat MountainImpursSukkwan Island
Un poisson sur la luneLe Bleu au-delàL'Obscure Clarté de l'airAquariumGoat MountainImpursSukkwan IslandDernier jour sur terreDésolations

Désolations

David Vann

Traduit de l‘anglais par Laura Derajinski

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-046-6

Parution le August 25, 2011

304 pages - 23,40 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
Gary regardait le lac à travers les arbres par la fenêtre en mangeant son saumon, il savait qu’il aurait dû se sentir chanceux, mais il n’éprouvait rien d’autre qu’une légère terreur au fond de lui à l’idée de ne pas savoir comment passer la journée, comment meubler les heures. Il avait ressenti cela toute sa vie adulte, surtout le soir, surtout quand il était célibataire. Après le coucher du soleil, le laps de temps avant le sommeil ressemblait à une impossible étendue menaçante, un vide infranchissable. Il n’en avait jamais parlé à personne, pas même à Irene. Cela risquait de le faire passer pour déficient, d’une manière ou d’une autre. Il doutait que quelqu’un le comprenne vraiment.

Résumé

Sur les rives d'un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd'hui adultes. Mais après trente années d'une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l'accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l'assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l'obsession de son mari, elle le voit peu à peu s'enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, tout à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s'annonce un hiver précoce et violent qui rendra l'îlot encore plus inaccessible.

 

Après Sukkwan Island, couronné par le prix Médicis 2010, le second roman de David Vann est une œuvre magistrale sur l'amour et la solitude. Désolations confirme le talent infini de son auteur pour explorer les faiblesses et les vérités de l'âme humaine.

Vidéos

David Vann - Désolations
David Vann et Désolations

Presse

Dans ce second roman traduit en français, très maîtrisé, l'écrivain renouvelle la démonstration de son immense talent. Sans acrobatie, continuant la mélodie de Sukkwan Island, sa musique sobre. Sa pulsation lente et primitive. La beauté éclatante de l'Alaska, le bain de son soleil froid, est comme une drogue.

David Vann explore les âmes avec une rare cruauté et un talent qui nous laisse sans voix.

Un roman magistral dans lequel l'écrivain montre définitivement la singularité de son style.

Ce nouveau roman est, encore une fois, le récit au millimètre d'une tragédie glaçante.

Une tragédie implacable.

David Vann récidive avec force, sonde l'impitoyable univers familial, suit les dérives d'un couple à bout de souffle, et s'arrime dans une littérature du grand dehors, sauvage et pure, tragique et magnifique, à l'image de l'Alaska, ce pays qui lui coule dans les veines, le hante, le nourrit.

Ça finit on ne peut pas plus mal, et c'est tellement bien.

Économe et efficace, le suspense constant.

Sorcier, magicien ou simplement surdoué, David Vann est un immense romancier.

Un romancier vibrant dont l'œuvre ne fait que commencer.

Le livre gagne en poésie au fur et à mesure que les tourments des couples et leur folie entrent en résonance avec la grandeur des décors, la folie des éléments (le vent, surtout, incessant) et la perdition d'être venu vivre là.

David Vann a cette capacité à vous saisir, à vous entraîner dans ces paysages désolés, ces drames de l'identité humaine.

La folie s'empare de ces deux êtres, jusqu'au final digne d'une tragédie.

David Vann traite avec une puissance voisine de celle d'une Annie Proulx de la solitude, de la violence, des relations destructrices.

Si vous n'adorez pas Désolations de David Vann, rallumez votre télé !

Une écriture d'une force tellurique.

Une bonne leçon de littérature.

Incroyablement magnétique et prenant.

Tragiquement prenant.

Du David Vann sans trahison : enivrante maîtrise des points de vue internes, crudité contemplative plutôt que voyeuriste, sentiments bouillonnants tapis sous un calme olympien — et, par définition, tragédie programmée.

David Vann a le pouvoir d'écrire des romans que l'on n'ose pas refermer de peur de laisser les héros coincés dedans.

Jusqu'à la fin, forcément terrible, ce sont les rêves qui s'envolent sous la plume de David Vann.

De la très bonne littérature.

Splendide, glacial, redoutable, sans pitié.

Le talent de David Vann est de creuser au scalpel les failles béantes de ces êtres voués à l'isolement et à d'inéluctables tragédies. Car aussi loin qu'on parte, on est toujours et d'abord rattrapé par soi-même.

Un récit fulgurant, rêche et oppressant.

Le récit est mené comme un thriller, tout en suspense et en angoisse.

Un roman puissant sur l'amour et la solitude, porté par une écriture magnifique, l'épaisseur des personnages, la beauté sauvage et oppressante des rives de l'Alaska.

Un livre envoûtant aussi destructeur qu'un blizzard.

Si on frissonne à la lecture de Désolations, ce n'est pas de froid. C'est de plaisir à un talent éclatant.

Difficile d'en interrompre la lecture, malgré sa noirceur.

La violence diffuse, presque primitive, qui suintait de Sukkwan Island, est ici plus feutrée, et tempérée par des bouffées d'oxygène distillées par la galerie de personnages secondaires gravitant autour de l'épicentre du séisme.

Un livre qui coule sans heurt comme une rivière polaire, si transparente qu'on voit, sous la surface, s'agiter les hommes soumis à leur destin. Un roman difficile à lâcher, même si le lecteur est certain qu'il va connaître le pire.

Magistral !

Désolations possède une épaisseur, un instinct de survie et une rage de vie qui lui donnent une dynamique tout autre.

Comme la musique soutenue de son style austère, dérangeant sans provocation, implacable : il emporte tout sur son passage y compris les réticences du lecteur vacillant devant le miroir que l'auteur lui tend avec une lucidité confondante.

Dès le premier chapitre dont on ressort lessivé par une effrayante tempête, on comprend que cette lecture ne sera pas de tout repos.

Désolations déploie sa singularité dans les relations tumultueuses et destructrices, habilement orchestrées, qui se nouent entre les êtres. Entre frêle espoir et tenaces désillusions, vérité et mensonge, choix et contraintes, il leur faut affronter la vie dans cet Alaska mythique, figure d’un dernier recours pour les égarés.

David Vann possède l'art de sonder les cœurs et les esprits jusqu'à y mettre en évidence les sentiments les moins avouables, ceux que les personnages ne s'avouent pas à eux-mêmes.

Tout ce qui a fait de Sukkwan Island un ouvrage si puissant et si justement encensé se trouve ici plus dense et profond... Portraits de vies déçues et de rêves brisés, Désolations est plus intense encore que le dernier ouvrage de Jonathan Franzen qui, en comparaison, ressemble à un soap opera.

Désolations explore des territoires qu’aucun autre roman ne parvient à effleurer. Avec l’exactitude magnifique de sa prose, son regard infaillible pour le détail, David Vann nous transporte en un endroit plus profond, plus originel, bien plus éblouissant de vérité que le monde éclairé par le soleil.

Bouleversant, puissant... Poser ce livre pourrait vous épargner, mais il vous sera impossible d’en arrêter la lecture, tout comme il vous sera impossible d’en refuser la vérité.

Les libraires en parlent

David Vann nous invite à explorer les méandres délicats de l'âme humaine. Un roman superbe et tragique.

Après la secousse Sukkwan Island, David Vann revient avec une histoire qui nous plonge dans les eaux glacées de la folie humaine. L’écriture et les personnages capturent le lecteur jusqu’au coup de grâce ultime. À ne pas rater !