Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Le Retour du Gang
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Edward Abbey

EDWARD ABBEY

Edward Abbey (1927-1989) est né dans la ville d'Indiana, en Pennsylvanie, le 29 janvier 1927. En 1944, à l'âge de dix-sept ans, il quitte la ferme familiale pour traverser les États-Unis en stop et partir à la découverte de l'Ouest américain. C'est alors qu'il tombe fou amoureux du désert, d'un amour qui l'animera toute sa vie.…

Lire la suite

Du même auteur

En descendant la rivièreLe Gang de la clef à moletteLe Feu sur la montagneSeuls sont les indomptésLe Gang de la clef à moletteDésert solitaireUn fou ordinaire
Le Feu sur la montagneDésert solitaireLe Retour du GangLe Gang de la clef à molette

Le Retour du Gang

Edward Abbey

Traduit de l‘anglais par Jacques Mailhos

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-064-0

Parution le April 5, 2013

432 pages - 24,50 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
— Pour résumer tout ce que nous avons dit jusque-là : le guerrier de l’écologie ne doit jamais, absolument jamais, faire de mal à aucune chose vivante, et il évite de se faire capturer, pour faire peser tous les coûts sur eux, sur l’Ennemi. Le but de son travail est de leur faire augmenter leurs coûts, de les pousser au déficit, à la faillite, de les forcer à battre en retraite, de les forcer à mettre un terme à leur invasion de nos terres à tous, de nos terres publiques, de nos terres sauvages, de notre foyer originel et primordial…

Résumé

Le monstre est en marche : le super-excavateur géant GOLIATH, le plus terrifiant engin jamais construit par l'homme, menace les déserts de l'Ouest. C'est compter sans les membres du Gang de la Clef à Molette, révoltés de voir la nature ainsi menacée et bien décidés à enrayer la course du titan. Entre cette bande de quatre insoumis et la “Machine” industrielle s'engage alors un combat désespéré. Les usines explosent, les bulldozers s'évanouissent dans la nature… Contre l'asservissement des esprits, tous les coups sont permis !

 

Quinze ans après Le Gang de la clef à molette, Le Retour du Gang est l'ultime roman d'Edward Abbey. Ce livre tout à la fois outrancier et nostalgique est une dénonciation cinglante de l'ordre établi et un chant d'amour aux espaces sauvages.

Vidéos

Abbey's Road

Presse

Une hilarante épopée contant les tribulations d’une poignée d’activistes écolos qui manient joyeusement l’explosif dans le désert de l’Utah. Ces deux volumes du Gang de la clef à molette sont des road-movies déjantés, parfois teintés d’une douce mélancolie, portés par un style d’une rare virtuosité. Le contemplatif Thoreau pour l’ode à la nature, le “gonzo” Hunter S. Thompson pour la folie et Russ Meyer pour la libido débridée. […] On le sait depuis Gide : c’est avec de mauvais sentiments qu’on fait de la bonne littérature. Surtout avec une clef à molette.

Publié pour la première fois en 1990, au lendemain de la mort d’Edward Abbey, ce livre constitue, avec Le Gang de la clef à molette, un véritable manifeste qui a durablement influencé tous les écrivains de l’Ouest américain, et le premier polar écologique.

Quelques livres, essais et romans, dont l’hilarant Gang de la clef à molette dont on se félicite que soit publiée la suite des aventures, ont suffi à établir la réputation de chef sioux d’Edward Abbey […]. Dans Le Retour du Gang, on prend donc les mêmes et on recommence. C’est loufoque, extraordinairement enjoué…

Dans ce roman hors normes et pourtant terriblement d’actualité […], le ton hésite entre grivoiserie, humour grinçant et avertissement sérieux. Mais comme l’explique l’auteur, entre ces extrêmes, il ne faut pas choisir. Bien au contraire, il faut se laisser entraîner dans ce cocktail inhabituel et détonant.

Le retour des éco-guerriers. Encore plus truculent !

D’ambiance très “années soixante-dix”, ce roman heureusement réédité, est dans le ton du jour, écolo militant. […] Très drôle. Totalement déjanté.

Pourquoi a-t-il fallu attendre aussi longtemps pour avoir le droit de lire ce livre clef (à molette) de la contre-culture américaine ? […] Provocatrice, souvent outrancière même, l’écriture de l’Américain va droit au but, met le doigt là où ça fait mal. Un livre exubérant, intelligent et revendicatif tout en restant drôle et léger, l’un des monuments de la pensée rebelle américaine des années 1970.